Image default
Business

La place d’une lettre de refus dans un recrutement

La lettre de refus de candidature fait partie de l’expérience candidate. Au cours d’un recrutement, c’est plus de 90 % de l’expérience qui est vécue par des candidats éliminés. Pourtant, cette démarche est peu prise en compte au niveau du service des ressources humaines. Une étude menée auprès de demandeurs d’emploi a indiqué que la plupart du temps, les recruteurs ne prenaient pas le temps de leur faire part de leur refus de candidature. Un geste simple, mais qui est important pour son destinataire.

Pourquoi rédiger une lettre de refus ?

La lettre de refus candidature à un poste n’est pas une procédure obligatoire. Toutefois, une réponse, même si elle est négative, est le symbole d’une bienséance et une preuve de respect. C’est un geste qui permet d’entretenir une relation cordiale avec le candidat qui fait face à un refus. Surtout si ce dernier possède un excellent profil, mais que faute de poste disponible, il ne peut être accepté.

En effet, il est possible que vous puissiez avoir besoin des compétences d’un candidat dans un avenir proche. Il est alors important qu’il puisse avoir une bonne estime de l’entreprise, quelle que soit la réponse de cette dernière face à sa demande. Cette lettre de refus peut même aller bien au-delà d’un simple geste de politesse. Pour une question de formalité, il est conseillé de signer manuellement la lettre pour montrer votre intérêt à la personne concernée.

Autrement, il est prouvé que plus de 90 % des personnes n’ayant reçu aucun retour de la part d’une entreprise découragent à leur tour les personnes de leur entourage qui veulent postuler auprès de cette dernière. Ce qui fait une mauvaise publicité pour une entreprise qui tient compte de l’image qu’elle renvoie à son entourage.

Pourquoi autant de réticence de la part des recruteurs pour une lettre ?

Il y a des raisons derrière le silence des recruteurs envers les candidats qui n’ont pas été retenus au cours d’un recrutement. En voici les plus importantes.

Le manque de temps

La branche RH est présente au sein d’une organisation afin de satisfaire le besoin de recrutement. Souvent, leurs temps sont limités pour cette démarche. L’essentiel pour eux est de parvenir à faire signer un contrat à un nouveau candidat. Tant que cet objectif n’est pas encore atteint, les autres sont mis au second plan.

Pourtant, ce geste impacte considérablement sur l’expérience candidate et sur la marque employeuse. Aujourd’hui, pour éviter que la démarche ne soit chronophage, il existe des systèmes qui permettent d’envoyer des emails de refus aux candidats qui n’ont pas été reçus.

Pour des raisons de sensibilité

Annoncer à une personne qu’il n’est pas retenu pour le poste à pourvoir est une tâche assez difficile. De ce fait, de nombreux recruteurs préfèrent irradier cette étape pour ne pas avoir à vivre cette expérience à leur niveau.

Cependant, la déception est un ressenti qui fait partie du recrutement. La violence de l’impact se fait moins ressentir lorsque le candidat reçoit une réponse, même négative de la part du recruteur.

Related posts

Faire vos premiers pas avec le marketing digital : ce que vous devez savoir

Tamby

Monabanq et Fortuneo : parmi les meilleures banques en ligne

Irene

Le métier de l’expert comptable en Belgique

Irene

Permanence téléphonique : comment choisir le bon prestataire?

Tamby

Fonctions et responsabilités des membres du conseil d’administration d’une coopérative

Irene

Multicloud en datacenter : quid de la sécurité ?

sophie